Le Stationnement des véhicules de livraison

Les grandes villes

Logistique-agglo.fr est destiné à être un site web tourné vers l’écologie. Tous les articles du site seront en rapport avec l’énergie verte.

Le sujet phare sera un sujet qui me tient particulièrement à cœur :

Trouver une solution à l’engorgement des grandes agglomérations par la circulation et le stationnement des véhicules de livraison tant pour les camionnettes que les poids lourds

 

Constat :

Puisqu’il est devenu impossible de trouver la moindre agglomération décongestionnée de sa circulation automobile grandissante et que la politique de la ville n’a pas trouvé de réponses satisfaisantes et pérennes.

Puisque je suis un chauffeur-livreur expérimenté, c’est-à-dire que je ne livre pas mes clients les yeux fermés. Je pense, j’analyse, je constate. Et tout ça, lorsque je suis obligé de livrer l’hyper centre de NANCY à un rythme de 2 fois par semaines et depuis déjà, plus de 25 ans.

 

Je pense, j’analyse, je constate :

La ville de Nancy a prévu suffisamment de places de livraisons afin que la rotation des livreurs puisse se dérouler le mieux possible, c’est-à-dire : un camion arrive et stationne sur une place réservée à cet usage, le livreur livre et puis s’en va. Un autre arrive et ainsi de suite…

Note : pour vous montrer ma bonne foi, j’ai bien remarqué que parfois, plusieurs camions arrivent dans un laps de temps trop court au même endroit et que chacun ne pourra avoir la même place de stationnement. C’est évident et là, personne n’y peut rien. L’usage veut qu’ils se mettent en double file pour décharger la marchandise.

A partir de là, commence la gêne connu de tous les automobilistes à savoir, la réduction d’une rue à 2 voies en une seule !

 

La ville, dans sa grande sagesse, a bien pensé à ce genre de problématique, les responsables, se sont creusé la tête, il y a eu des discussions et toujours la même solution trouvée et appliquée dans presque toutes les grandes agglomérations. Les villes, la mort dans l’âme, on décidées d’appliquer un système dit : «  des heures de livraison ». En principe, ces heures de livraisons sont réservées à la matinée. De 6h00 à 11h00, de cet ordre là. Les décideurs se sont dit que c’est le moment de la journée où les stationnements en double file seraient les moins gênants.

Mais, il y a pire que tout ce que je viens d’écrire jusqu’à maintenant !

Depuis quelques années, Nancy nous a crédité d’une multitude de places réservées aux livraisons. Au tout début, tout se passait bien, les livreurs pouvaient aisément trouver des places libres afin de pouvoir travailler mais ça c’est vite aggravé. Les Nancéens ne trouvant pas facilement de places pour stationner (ont décidé en coeur) de se garer sur les emplacements réservés au stationnement des livreurs.

Je constate et j’analyse cette situation :

Toutes les couches de la société se garent sur les emplacements de livraisons. Jeunes, vieux, femmes, hommes, tous trouvent légitime de se stationner aux seuls endroits libres des rues de la ville.

Que fait la police ?

Rien ou pas grand chose. Il serait intéressant de faire une enquête auprès des autorités concernées. Après tout, je me plaint en livraison mais il est possible que le maire de Nancy ai demandé à ses policiers municipaux d’être très indulgent avec les automobilistes ! Sinon, comment expliquer que lors que je m’adresse (très régulièrement) aux policiers municipaux qui cherchent à me faire la morale quand je suis en livraison en double file, et que je leur montre la place qui me revient de droit, occupée par une ou plusieurs voitures, ils me répondent d’un air hautain et sûr de leurs connaissances en la matière :

« Ce n’est pas une raison pour aggraver la situation » Autrement dit, quand je leur montre la cause de mon stationnement en double file, ils ne cherchent même pas à sortir leur carnet à souche pour verbaliser.

Des voitures dorment des heures entières chaque jour, sur les emplacements de livraison, quand une s’en va, une autre occupe immédiatement la place.

Pourquoi les automobilistes persistent à se garer de la sorte ? Tout simplement parce que les policiers ne font pas leur travail. Les automobilistes indélicats savent qu’ils ne risquent pas grand chose.

Je ne sais plus quoi faire avec les automobilistes de Nancy, je les observent se stationner sur ma place de livraison. Il m’arrive de vouloir leur expliquer pourquoi ils agissent mal, ils s’en fichent royalement. Cela explique de plus en plus l’individualisme grandissant.

Il m’arrive souvent de penser à cette situation inextricable et je me dis que, décidément, je ne peux pas respecter des gens qui ne sont pas respectables.

Note : Quand je parle de ma place de livraison, je parle de la place de livraison réservée à tous les livreurs.

Nous pourrions lire des articles en relation avec mon article mais trop souvent incomplets, et, trop frileux. En voici un, trouvé sur France Stratégie et surtout, cet article se veut  » au service des usagers » alors que dans mon article, je souhaiterais que les usagers en ville, se mettent au service des chauffeurs-livreurs. La patate chaude étant toujours mal renvoyée, mal explicitée, mal comprise.

Souvent, les automobilistes me disent :  « Mais ce n’est pas de ma faute si je ne trouve pas de place pour me stationner, c’est de la faute de la politique de la ville – Ils ont qu’à nous fournir un nombre de places suffisantes !»

Il est difficile de fournir une réponse adéquat aux automobilistes qui nous disent, quand ils sont prit la main dans le sac ( en flagrant délit de stationnement illégale sur une place de livraison) qu’ils en ont pour une minute !

J’ai remarqué qu’ils n’osent pas se stationner sur les places réservé aux handicapés comme si, ils savaient faire la différence ! Mais quelle différence ?

« Ou la la ! je ne me garerai pas sur une place handicapé car à coup sûr, j’aurai un pv»

Sous-entendu : « il est préférable que je me gare sur une place de livraison, j’ai beaucoup moins de risque. »

Et voilà le travail !

La réponse, pour moi, le livreur est celle-là : C’est moi qui prend le risque, régulièrement et paradoxalement de me stationner sur une place handicapé se trouvant, immédiatement à proximité d’une place de livraison, occupé par des «bagnoles qui n’ont rien à y faire» c’est ce qu’on peut appeler : «un comble. »

Définition de se comble là :

Les usagers de la route, en matière de stationnement gênant, on pris pour habitude, de déplacer la gêne occasionnée. Elle est récurrente et se traduit sous cette forme :

  • la voiture se gare sur une place de livraison
  • le livreur se stationne en double file à côté de la voiture mal garée

D’autres choix s’offrent au livreur :

  • Il se stationne sur un arrêt de bus
  • il se stationne sur une place handicapé

La conclusion est toujours la conséquence suivante :

Au départ, la cause du problème est logiquement celle-ci : l’automobile mal garée induit tout le reste. C.Q.F.D..

Vous pourrez aussi lire cet ancien article, et ce coup de gueule, on tournera toujours en rond, tant que l’individualisme croissant de tous, ne changera pas radicalement.

 

Une petite vidéo au format mp4 que je viens de prendre lors d’une livraison à Nancy en début de semaine vers 13h00. (D’ailleurs, à n’importe quelle heure c’est pareil)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires (3)

  1. Pingback: Philosophie d’un chauffeur livreur | Logistique agglomérations

  2. Pingback: L'absurdité du permis à point pour les professionnels

  3. Pingback: Projet d’aménagement des zones urbaines en matière de livraison des magasins et entrepôts | Logistique agglomérations

Veuillez être courtois dans vos commentaires. Merci