Les implications stratégiques de l’indépendance énergétique américaine

Un peu de géopolitique datant d’octobre 2018, lu et copié à partir du forum  » Feu » French Depp Web, sur le Deep Web accessible avec le navigateur To, dans sa catégorie :  » Sciences Formelles et Naturelles « . Traduit d’un lien mort (403 Forbidden). Je m’efforce de « remettre en ligne » ce qui me semble digne d’intérêt et qui risque d’être perdu à jamais.

Pendant la première moitié du 20e siècle, les États-Unis étaient à la fois le plus grand producteur d’hydrocarbures et leur plus grand exportateur. Après les années 1950, la croissance de la consommation intérieure américaine et la baisse de la production pétrolière américaine ont finalement transformé les États-Unis en premier importateur mondial de pétrole.

La vulnérabilité de cette position a été rendue évidente quand, en octobre 1973, l’Organisation de pays arabes exportateurs de pétrole (OAPEC) a déclaré un embargo sur le pétrole contre les pays qui soutenaient Israël pendant la guerre du Kippour.

L’OPAEP est un groupe distinct de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), bien que tous les membres de l’OPAEP soient membres de l’OPEP. C’est l’OAPEC qui a orchestré l’embargo sur le pétrole de 1973, et non l’OPEP, comme on le croit généralement.

La réponse à long terme des États-Unis à l’embargo pétrolier de l’OPAEP a été de transférer progressivement la majorité de leurs importations de pétrole au Canada et au Mexique, deux pays politiquement plus fiables et moins susceptibles de suspendre leurs exportations de pétrole vers les États-Unis. Paradoxalement, alors que les États-Unis devenaient moins directement dépendants des importations de pétrole du Moyen-Orient, même si nombre de leurs alliés restaient toujours dépendants des approvisionnements du Moyen-Orient, ils ont considérablement élargi leur engagement dans les affaires du Moyen-Orient.

Le passage des États-Unis, premier exportateur mondial de pétrole, à leur plus grand importateur a été un événement marquant. Un qui a des implications profondes pour la politique étrangère américaine.

Un deuxième événement important s’annonce : les États-Unis sont sur le point d’atteindre l’indépendance énergétique et rejoignent les rangs des plus grands exportateurs d’énergie au monde. Cette évolution aura également de profondes répercussions sur la politique étrangère américaine, en particulier la politique étrangère américaine au Moyen-Orient et les relations de Washington avec Moscou.

Le chemin de l’indépendance énergétique américaine

Au cours de la seconde moitié du 20e siècle, il était largement admis que la production d’énergie aux États-Unis était vouée à un déclin inévitable. La plupart des barrages hydroélectriques pouvant être construits avaient déjà été construits. Les quelques sites potentiels qui restaient étaient controversés sur les plans politique et environnemental et faisaient face à une vive opposition politique.

De même, les États-Unis étaient considérés, dans le langage de l’industrie pétrolière, comme « une province mature pour l’exploration pétrolière ». La plupart des champs de pétrole facilement accessibles avaient été trouvés. Ce qui restait était dans des environnements techniquement difficiles tels que le Haut-Arctique ou des gisements offshore toujours plus profonds dans le golfe du Mexique. Les gisements de pétrole étrangers étaient plus prometteurs, mais l’accès à la plupart d’entre eux était soit étroitement contrôlé par des gouvernements étrangers, soit assorti d’un risque politique important d’expropriation.

Le «pic pétrolier », le moment où les réserves mondiales de pétrole atteindraient inévitablement leur sommet et commenceraient à régresser inexorablement, était le paradigme dominant des discussions entre experts en énergie. Il y a à peine une décennie, Goldman Sachs, l’une des principales banques d’investissement de Wall Street, pouvait prédire avec confiance que le prix du baril de pétrole atteindrait 200 $.

La réalité s’est avérée très différente. Les progrès techniques dans le forage horizontal et les améliorations dans la technologie de la fracturation hydraulique ou « fracturation » ont ouvert de nouveaux gisements de pétrole et de gaz. Ces réservoirs avaient été précédemment considérés comme non rentables, car les formations contenant des hydrocarbures étaient considérées comme « étanches » et ne produiraient pas de quantités économiques de pétrole et de gaz provenant de puits forés à la verticale.

Les travaux de forage et de fracturation horizontaux ont transformé ces gisements auparavant non rentables et déclenché un boom des hydrocarbures aux États-Unis au XXIe siècle. À l’origine, bon nombre de ces gisements étaient coûteux à mettre en valeur et n’avaient de sens que si les prix de l’énergie étaient élevés, généralement 50 dollars ou plus par baril de pétrole. Toutefois, les coûts de production ont régulièrement baissé et de nombreux producteurs peuvent désormais exploiter leurs activités de manière rentable, même si les prix chutent à 30 dollars le baril.

En 2011, année où les États-Unis sont redevenus exportateurs de pétrole, le déficit du commerce de l’énergie des États-Unis a atteint un sommet de 321 milliards de dollars. Depuis lors, ce déficit a régulièrement diminué. En 2017, le déficit commercial de l’énergie était d’environ 55 milliards de dollars. Ce déficit devrait être complètement effacé d’ici 2022. Au cours de la prochaine décennie, il sera probablement remplacé par un excédent de taille égale. L’excédent représente une variation d’environ 650 milliards de dollars du déficit du commerce de l’énergie des États-Unis entre la dernière décennie et la prochaine.

En 2017, le déficit commercial des États-Unis a atteint un niveau record de 566 milliards de dollars, dont environ 10% était lié à l’énergie. En une décennie, l’augmentation des exportations de pétrole et de gaz pourrait réduire ce déficit de plus de la moitié.

En 2018, les exportations de pétrole des États-Unis atteindront en moyenne 2,2 millions de barils de pétrole par jour (BOPD). Ce niveau ne se compare pratiquement à rien dans les exportations d’il y a huit ans à peine. Ce niveau d’exportation de pétrole est à peu près équivalent à celui de l’Iran. Autrement dit, en environ sept ans, les États-Unis ont mis en place une capacité d’exportation de pétrole pouvant remplacer les ventes à l’exportation de l’Iran.

Le véritable moteur de la croissance des exportations énergétiques américaines est toutefois le gaz naturel. En 2018, les États-Unis deviendront un exportateur net de gaz naturel liquéfié (GNL). Cela signifie que les États-Unis exporteront plus de gaz naturel qu’ils n’en importent.

Les États-Unis possèdent d’énormes réserves de gaz naturel, et celles-ci sont considérablement augmentées par le « boom de la fracturation». À l’heure actuelle, les États-Unis disposent de réserves prouvées de gaz naturel d’environ 340 trillions de pieds cubes, soit une réserve d’environ 100 ans.

En outre, la US Geological Survey a estimé qu’il existait 600 FTC supplémentaires de gaz naturel non prouvé et économiquement récupérable. En d’autres termes, les États-Unis ont une grande quantité de gaz, dont la plupart sont relativement faciles à obtenir et, selon les normes mondiales, relativement peu coûteux à produire.

À titre de comparaison, les réserves prouvées de la Russie, l’un des plus grands exportateurs de gaz naturel au monde, s’élèvent à environ 45 TCF. Bien qu’il soit probable que la Russie dispose de réserves de gaz supplémentaires non prouvées, nombre d’entre elles se trouvent dans des régions isolées de la Sibérie ou de l’Arctique inhospitalier de la Russie. La mise sur le marché de ce gaz sera probablement coûteuse.

Plus important encore, les progrès réalisés en matière de liquéfaction et de transport du gaz naturel signifient qu’il est désormais possible d’expédier du gaz naturel n’importe où dans le monde.

Pour exporter du gaz naturel, il faut d’abord le refroidir dans des usines de liquéfaction de gaz spécialement conçues à une température négative de 260 degrés Fahrenheit jusqu’à ce qu’il devienne un liquide. Il est ensuite transporté dans des méthaniers, ce qui permet de le maintenir à l’état liquide. À sa destination, le gaz naturel liquide est reconverti en gaz et distribué via l’infrastructure de gazoduc existante.

À l’heure actuelle, les États-Unis ont une capacité d’exportation de gaz naturel d’environ 5 milliards de pieds cubes (BCF) par jour. Il existe plus de 44 BCF de capacité sur 26 installations en construction, déjà autorisées par la Federal Energy Regulatory Commission des États-Unis ou en attente d’approbation. Pour mettre ce chiffre en perspective, la capacité actuelle de la Russie en matière d’exportation de gaz naturel vers l’Europe est d’environ 20 milliards de francs belges par jour. Une capacité d’exportation de 44 FBC équivaut à 75% de la consommation de gaz naturel attendue de la Chine ou de l’Europe d’ici 2040.

De plus, la flotte de méthaniers s’agrandit rapidement. Actuellement, 65 navires sont en construction, ce qui représente une capacité supplémentaire de 360 millions de pieds cubes. Cela équivaut à environ 9,5 milliards de pieds cubes d’exportations annuelles de gaz naturel.

D’ici 2020, les États-Unis seront au moins le quatrième exportateur de gaz naturel au monde, derrière la Russie, l’Australie et le Qatar, et les dépasseront probablement plus tard au cours de cette décennie.

Indépendance énergétique et politique étrangère américaine

La perspective de voir les États-Unis devenir un grand exportateur d’énergie aura des conséquences de grande portée pour l’économie américaine et sa politique étrangère. Sur le plan économique, cela éliminera une source majeure du déficit commercial des États-Unis, tandis que l’excédent compensera au moins la moitié du déficit commercial actuel des États-Unis lorsque le commerce de l’énergie passera à un solde positif.

Plus important encore, le gaz naturel est une matière première importante pour toute une gamme d’industries liées à la pétrochimie – des plastiques aux engrais. Le gaz naturel peu coûteux et abondant alimente un essor des ventes à l’exportation de produits pétrochimiques et de produits connexes. De plus, les coûts énergétiques sont une composante importante des coûts de fabrication dans de nombreux secteurs. L’énergie peu coûteuse contribue de manière significative à la compétitivité de l’industrie américaine.

Mais ce qui est encore plus important, ce sont les implications pour les exportations de gaz de la Russie vers l’Europe. La Russie fournit actuellement environ 40% des besoins en gaz naturel de l’UE. Plus important encore, la Russie est devenue de plus en plus le principal fournisseur alors que la consommation de gaz naturel de l’Europe a augmenté. Le Kremlin a estimé que la dépendance croissante de l’Europe à l’égard du gaz naturel russe constituait une source importante de levier dans les relations entre Moscou et les différents États européens, et en particulier l’Allemagne.

Cette dépendance est particulièrement vrais vis-à-vis des anciens États de l’URSS et de certains des anciens pays du bloc soviétique. Dans les républiques baltes d’Estonie, de Lettonie et de Lituanie, par exemple, la dépendance à l’égard de l’énergie russe a été de presque 100%. Le GNL, cependant, change rapidement cela.

La Lituanie dispose désormais d’un terminal d’importation lui permettant d’importer du GNL en provenance de Norvège et bientôt des États-Unis. La Lettonie et l’Estonie relient leur réseau de distribution de gaz domestique à celui de la Lituanie afin de pouvoir importer du GNL via la Lituanie.

La Pologne va dans la même direction, après avoir récemment signé un accord avec deux sociétés américaines pour importer 3,5 milliards de pieds cubes de gaz naturel sur 20 ans. Le groupe gazier polonais PGNiG a déjà annoncé son intention de cesser d’importer du gaz russe après 2022.

À l’heure actuelle, le gaz russe en Europe coûte environ 15% moins cher que les importations équivalentes de GNL américain. La Russie a l’avantage de transférer la majeure partie de ses exportations de gaz naturel vers l’Europe via un réseau de pipelines bien établi, qui a depuis longtemps été payée.

On pense cependant que le gaz livré via de nouveaux pipelines, tels que les gazoducs Nord Stream et les gazoducs South Stream et Blue Stream, coûtera plus cher. En outre, même si l’Europe ne devient pas un marché important pour les exportations américaines de GNL, la disponibilité des stocks américains réduira considérablement l’effet de levier des prix de la Russie, ainsi que l’effet de levier politique que la dépendance du continent russe vis-à-vis du gaz russe a permis au Kremlin.

En Asie, le même scénario est vrai, mais ici les exportations de GNL des États-Unis bénéficient d’un avantage de prix important. Le gaz naturel livré à la Chine via le nouveau gazoduc asiatique de la Russie coûte environ 10 USD par FCP, contre environ 4,50 USD par FCF pour le GNL américain. L’exploitation des réserves de gaz russe en Sibérie orientale est plus onéreuse et le gazoduc qui achemine ce gaz en Chine est flambant neuf et sa construction était onéreuse.

Les importations chinoises de GNL américain pourraient contribuer dans une large mesure à réduire le déficit commercial des États-Unis avec la Chine, source persistante de frictions entre Washington et Beijing. En outre, ils contribueraient dans une large mesure à réduire la vulnérabilité du Japon et de la Corée du Sud aux perturbations de l’approvisionnement provenant du Moyen-Orient.

Sans surprise, l’administration Trump a critiqué la dépendance de l’Europe vis-à-vis des exportations de gaz russes et a promu le GNL américain comme alternative. Il est concevable que la question des exportations américaines de GNL vers l’Europe devienne stratégiquement liée par Washington aux engagements européens de porter leurs dépenses de défense à 3% de leur produit national brut (PNB).

En d’autres termes, l’administration Trump pourrait faire preuve de plus de souplesse dans la promesse de l’OTAN de consacrer 3% de son PNB aux dépenses de défense en contrepartie d’un engagement plus important d’achat de GNL américain.

En termes simples, l’utilisation des exportations russes de gaz naturel en tant que source d’influence politique dans la politique étrangère russe a probablement connu ses meilleurs jours. À l’avenir, il est probable que l’endettement gazier du Kremlin diminuera considérablement.

Les implications de l’indépendance énergétique américaine sur la politique étrangère américaine au Moyen-Orient ne sont pas claires. La région regorge de pétrole et de gaz et restera un producteur important. En dehors du Qatar, l’OPEP n’est pas un grand exportateur de gaz naturel. De plus, même avec ses importantes réserves de gaz naturel, l’infrastructure de distribution de gaz de la région est peu développée.

Paradoxalement, malgré les importantes réserves de gaz naturel de la région, les États-Unis exportent du GNL vers un certain nombre de pays du Moyen-Orient, dont l’Égypte, la Jordanie et même le Koweït, qui est également un important producteur de pétrole et de gaz.

Les exportations américaines de pétrole resteront modestes par rapport aux exportations des producteurs du golfe Persique. Néanmoins, la production américaine en hausse aura pour effet de réduire le pouvoir de fixation des prix de l’OPEP. À 2,2 millions de BOPD, les États-Unis ont déjà remplacé la production de pétrole iranienne. En conséquence, les ventes de pétrole de Téhéran sont beaucoup moins importantes pour les marchés mondiaux du pétrole et la baisse des exportations de pétrole a eu beaucoup moins d’impact sur les prix mondiaux du pétrole qu’il n’aurait été le cas auparavant.

Les exportations américaines de pétrole devraient plus que doubler au cours des dix prochaines années environ, faisant des États-Unis un concurrent important des producteurs de pétrole du Moyen-Orient et de l’OPEP sur les marchés mondiaux de l’énergie. Cela pourrait inciter les États-Unis à vouloir se désengager des affaires du Moyen-Orient et à réduire considérablement leur empreinte militaire dans la région. Quel que soit le résultat, l’effet de levier lié au pétrole de l’OPEP se dissipe rapidement.

L’indépendance énergétique des États-Unis aura probablement des répercussions sur le Mexique et le Canada. Cela est particulièrement vrai du Canada, qui a toujours vendu l’essentiel de son pétrole et de son gaz aux États-Unis. Plus important encore, le Canada a compté sur les exportations de pétrole et de gaz pour équilibrer son déficit commercial avec les États-Unis. La baisse de la demande américaine de pétrole et de gaz canadiens pourrait avoir de graves conséquences pour l’économie canadienne, d’autant plus que les projets de construction d’oléoducs pour approvisionner les marchés asiatiques d’exportation ont été embourbé dans la controverse politique.

L’indépendance énergétique des États-Unis va changer la donne dans les affaires internationales et aura des conséquences à long terme. Cela entraînera une réorientation de la politique étrangère américaine aussi profonde que celle dictée par la dépendance américaine à l’égard du pétrole étranger dans la seconde moitié du XXe siècle.

« Super intéressant ton exposé…

Plusieurs choses sont à retenir :

1) Un avion de chasse sans kérosène est un avion de chasse qui reste cloué au sol. Que la bataille soit
Russe, Chinoise ou Américaine, une armée sans pétrole n’est plus la plus grande armée du monde…

2) Attends que le climat change la face (cachée) de la Sibérie…. Et que la Russie exploite ses ressources naturelles de Gaz !
Faut pas prendre Poutine que pour un con (spécial dédicace @navigateur)

3) La COP24 c’est dans 2 mois. (Texte datant du 15/10/2018) Est-ce qu’ils vont prendre en compte ce nouveau facteur (indépendance énergétique) ? »

« Tous ces « COP » & « G » machin chose sont retransmis à la TV et endorment le client lambda de l’opinion publique
de masse à travers tous ces merdias
. C’est juste donc un mécanisme psycho-social…. La spirale du silence

La réalité de cette géopolitique est débattue ailleurs. »

« Un autre article sur le sujet » :

https://oilprice.com/Geopolitics/International/Is-The-US-Using-Force-To-Sell-Its-LNG-To-The-World.html

« Ce qui m’étonne le plus c’est le parti pris d’un pays comme la Pologne qui est clairement dans une impasse. Surtout que maintenant on se rend compte que Trump n’est pas si dangereux que cela. Discrètement mais surement l’Europe tentera de calmer le jeu avec les Russes.

Les questions que les faucons de Washington doivent se poser sont les suivantes :
– La multiplication des puissances économiques est-elle réellement un frein ?
– Les Saoudiens valent-ils vraiment la peine de les soutenir ?
– Une transition en douceur n’est-elle pas la meilleure des solutions vers la multipolarité à venir ?
 »

Veuillez être courtois dans vos commentaires. Merci